FAIRE AVEC CE QUE LA NATURE NOUS DONNE

Dans la suite de la célébration de Lammas (voir ma précédentepublication), j'ai eu envie d'aborder la question de l'abondance à partir d'un angle un peu différent : l'angle transgénérationnel.


Lors de ces vacances dans mon pays natal, je suis allée rendre visite à ma grand-mère. Cette dernière a un goût exquis pour la décoration, et sa manière d'assembler de choisir et marier les objets est du pur art. Cette fois-ci, j'ai été touchée par trois récipients en verre (du genre pot de confiture) détournés et embellis par une main gracieuse et artisane. Ce n'est pas la première fois qu'un objet crée par la sœur de ma grand-mère m'inspire.

Depuis mon retour, je ressentais le désir pressant de créer à partir de cette idée. La créativité est comme une rivière dont il faut laisser monter la crue avant de la voir dévaler monts et vallées et dessiner des vagues gracieuses autour des rochers...J'ai donc laissé monter..et, aujourd'hui, je n'y ai pu me résoudre : avant même que le contenu des bagages ne se retrouvent à leur place, il fallait que je m'y mette ! J'ai donc créé ce petit vase que vous voyez en photo. Je ne suis pas adepte de l'achat de fleurs coupées. J'ai donc pris ces fleurs sauvages qui se sont multipliées à foison dans mon jardin.


Dans mon article portant sur la célébration de Lammas, j'expliquais que cette fête celtique honore la 1ère récolte et, plus spécialement, 1er grain. L'aborder sous les auspices de l'abondance est surtout un acte de foi car partant de la présupposition (et de l'observation) que le grain tombé dans les profondeurs de la terre émergera au printemps sous la forme d'une nouvelle naissance. Abondance donc car à partir de ce 1er grain plusieures générations s'en suivront qui viendront nourrir la Vie sur Terre.

Et cela me ramène au champ transgénérationnel. Ce dernier est cultivé par tous ceux qui s'y meuvent depuis le premier terreau. Ce champ a été retourné, labouré, ensemencé...Il a connu bien des naissances, des morts, des plan(t)s avortés...Des catastrophes naturelles, des moissons, des jours de pluies torrentielles, de soleil aride...Mais la graine est tombée dans la profondeur du sol. Certains, ne la voyant pas l'hiver n'ont pas connu son existence. D'autres, ont pu saisir l'instant de son émergence et aux suivants d'en goûter le fruit mûr et juteux.


Nous parlons souvent des fardeaux que nous transportons et qui appartenaient à nos ancêtres. Mais combien de fois parlons-nous des dons, des trésors de capacités, des riches qualités dont nous en avons hérité ?

Peut-être que l'abondance est de faire avec ce que la Nature nous donne, un beau bouquet de fleurs sauvages dans un vase décoré à la main.

Peut-être n'avons-nous pas de roses rouges ou de tournesols ensoleillés dans nos jardins...toutefois, si nous ouvrons les yeux, nous pouvons voir les fleurs sauvages - celles qui persistent dans le temps- et, avec de l'imagination et le désir de créer, engendrer une belle œuvre. Tout à fait unique et personnelle.


Pour ma part, de mes ancêtres paternels j'ai reçu les mains artisanes, l'âme poète, le verbe enchanté... De mes ancêtres maternels, j'ai reçu une capacité de survie immense, une âme et un corps robuste cachés sous une fragilité apparente et la capacité à échanger de manière conviviale, simple et sincère.


Et vous, qu'avez vous reçu de vos ancêtres que vous avez envie d'honorer aujourd'hui ?




3 vues0 commentaire