Imbolc, renaître de ses cendres

La célébration d’Imbolc (actuellement appelée la Chandeleur) est très peu documentée…La fête irlandaise d’Imbolc a pour sens étymologique « lustration ». Il s’agirait donc d’une purification qui prend place à la fin de l’hiver, à l’équinoxe. Elle pourrait avoir pour fondement un culte lié à la fécondité…

C’est la fête du retour du printemps. Chez les peuples reliés aux rythmes naturels - comme les Celtes -, qui dit retour du printemps dit reprise des travaux des champs. C'est la traditionnelle fabrication de chandelles en cette période par ce peuple qui a donné le nom à la fête.


Métaphoriquement parlant, c’est donc le moment d’investir ses projets avec travail, créativité et engagement. Ces projets peuvent désormais germer, voire le jour – s’incarner dans la réalité physique – grâce au travail important effectué pendant Samhain qui consistait à laisser mourir l’ancien et à redéfinir le changement nécessaire, le renouveau désiré, les besoins conscientisés.


Toutefois, avant de reprendre le travail aux champs, une série de tâches préparatoires s’imposaient. Comme de vérifier que tous les outils étaient en état de fonctionner…et de labourer les champs. De toutes les traditions liées à la reprise des travaux agricoles, est né le fameux « nettoyage de printemps ».

Imbolc est donc un moment de préparation –initiation-, et de nettoyage –purification. Pour cela, les travaux menés pendant l’hiver doivent être clôturés, « rien ne doit traîner » ou « rester en suspens » pour que le renouveau puisse croître.


Cette image du renouveau qui croît (qui croit) malgré la dureté de l’hiver encore présente est symbolisée joliment par la fleur appelée perce-neige caractéristique de cette période.


Il s'agit d'y voir la renaissance dans la pureté représentée par la blancheur immaculée de la neige. C’est aussi la victoire de la Vie - aussi vulnérable et précaire soit-elle - sur la dureté et l’intransigeance de l’hiver (de la Mort). Cela nous enseigne peut-être que ce qui doit vivre, vivra. Ce que doit voir le jour, y sera emmené avec Grâce et Humilité parfois malgré les apparences. Le cycle de la nature, nous apprend au travers de ses manifestations à garder la foi en sa Raison.


Cette fête célèbre la Déesse-Mère Brigid qui accompagne le retour de son enfant, le retour du jeune Soleil, qui nous revient chaque jour un peu plus fort. D'où la préparation des crêpes symbolisant le disque solaire.

C’est une fête maternelle associée à l’eau et à la lune. Les symboles et les associations utilisées pendant Imbolc sont le blanc, la neige, le lait, l’eau lustrale, la Lune, les chandelles représentant la Lumière.

Dans le monde naturel, Imbolc est également une période de naissance (mise au monde des agneaux et lactation). Symboliquement, à cette occasion, nous pouvons exprimer notre reconnaissance envers tous ceux qui nous ont aidé à naître, les accoucheurs d’âme

A Imbolc, nous célébrons donc l’espoir d’un nouveau départ, de la guérison de nos blessures intérieures sous le regard bienveillant et maternel de Brigid. Cette dernière nous purifie et nous débarrasse des craintes de l’hiver afin que nous avancions, avec espérance, vers notre avenir.


« Connue sous les noms de Brigit, Brigantia, elle est, schématiquement, à la fois la mère, l’épouse, la sœur et la fille des autres dieux. Son nom se trouve sous différentes graphies, et elle se manifeste sous la forme d’innombrables avatars.

(...) Elle est la déesse-mère, elle règne sur les arts, la guerre, la magie et la médecine. Elle est la patronne des druides, des bardes (poètes), des ovates (divination et médecine) et des forgerons.

(...) L’importance de son culte chez les Celtes a conduit les évangélisateurs chrétiens à lui substituer une sainte dont elle devient l’éponyme, sainte Brigitte.

En Gaule, son avatar Épona lui confère un rôle psychopompe évident.

Les théonymes Brigit et Brigantia dérivent de l’ancien celtique (certains disent proto-celtique) « brigantija » ou « brigantis » dont le sens est « très haute», « très élevée ». L’origine est le mot « Briga » (hauteur, forteresse) qui, utilisé comme préfixe, a donné de nombreux toponymes tant dans l’espace insulaire, qu’en Gaule et dans la péninsule ibérique. Il est aussi présent dans la composition du nom de certains peuples (Brigantes, par exemple). Cette signification confirme le rôle primordial de cette déesse. »[1]


Etant donné l'un des versants primordiaux de la fête d’Imbolc qui est la purification, ces quelques jours qui vont suivre, nous accorderons une attention spéciale à notre corps. Focus donc sur une nourriture saine, et de préférence non transformée, les repas seront pris à l’heure, en conscience, pour écarter radicalement les grignotages.

Toujours dans le sens de la purification, il est demandé que les actes d'hygiène quotidienne soient pratiqués « en conscience » avant le démarrage des activités.


Je propose un accompagnement particulier lors d'Imbolc ; en présentiel ou à distance. Vous pouvez me contacter pour plus d'informations. Le programme de cet accompagnement visant la purification, le nettoyage et la renaissance se compose des propositions suivantes :

  • Balade méditative

  • Introspection accompagnée

  • Activité créatrice

  • Tirage d’oracle

  • Méditation guidée

  • Activité rituelle




[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigit

6 vues0 commentaire